"la transparence absolue, c'est le début du totalitarisme", déclare Henri Guaino, le conseiller spécial de Minimusso.
De la part de ce gouvernement qui prône et impose une transparence totale à la comptabilité des entreprises, à nos comptes bancaires, à nos propos, c'est une déclaration extraordinaire.
La mise à l'index du secret bancaire, le combat contre les paradis fiscaux, les étoiles jaunes le chantage de la liste aux 3000 noms, Hadopi, loopsi, cameras video publiques, obligation pour les entreprise de publier leur bilan, n'est-ce pas déjà du totalitarisme?

En Fraôônce le respect de l'intimité, de la vie privée ne concerne que la Nomenklatura. La plèbe -c'est à dire nous, hein- subit des fouilles au corps quand elle désire, l'impudente, se déplacer par les airs, d'un totalitarisme à un autre.

La démocratie, rempart infranchissable contre le totalitarisme? Ridicule. D'une part, "Hold-ups, arnaques et trahisons" nous rappelle qu'un tel système n'est qu'un leurre, un appeau à gogos. D'autre part, le totalitarisme ne peut donner tout sa démesure qu'au sein d'une démocratie d'où il tire sa légitimité. Il est insidieux, sournois, progresse par touches en exacerbant et cultivant les côtés les plus sombres de notre nature d'Homme. Il culpabilise et ostracise les "rebelles", des "déviants", les "opposants" en les jetant en pâture à la vindicte populaire, consciencieusement éclairée.

Maurice b. : - "Vous dites n'importe quoi, monsieur Rocou! La preuve c'est que vous vous permettez d'insulter le Sauveur du monde sans être inquiété! Je le déplore mais c'est cela la démocratie!"

- "Seul le manque de notoriété de mon blog me "protège". La démocratie ne peut exister que par le respect absolu de l'intimité, du secret et de la Liberté. A quand le vote à main levée, aboutissement de cette volonté de transparence absolue??