Tarde venientibus ossa*

* “L’Etat est cette grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde” Frédéric Bastiat

 
ISF

Je me fiche de l'ISF autant que de la légion d'honneur de Jack Lang. C'est dire. Je ne le paierai jamais sauf si Flamby, pour qui tout euro au delà du smic est un euro collectif, décroche un jour la timbale.

Cependant il faut reconnaître que le spectacle est à se tordre et qu'à la parade même BorloO, le clown triste est amusant. Néanmoins celui qui bat tous les records, c'est le Nico le jongleur: quel talent! Avec son copénion l'illusionniste, il nous resservent un bonneteau éculé mais toujours efficace et en plein jour!

On pourra verser détourner une partie de son ISF vers le capital de PME. L'objectif avoué étant de favoriser l'investissement des PME considérées (enfin) comme principales pourvoyeuses d'emplois.
Or quels sont les principaux payeurs d'ISF sinon les patrons de PME? Nous avons donc des gens dont les entreprises sont censées sous-investir faute de liquidités, qui doivent s'acquitter d'un ISF afin de financer l'investissement des PME... Mais attention, n'importe laquelle mais pas la leur. Faut pas déconner. Non mais.

Evaluation du billet
Note : 6.8/10 pour 4 votes
 
‹ retour à l'accueil
Commentaires
1.   Sagace  ›  dimanche 29 mars 2009 à 13:27

Kafkaïen ! :-)

Mais les "politOcards" n'en sont pas à une contradiction près !

Longue vie à ce blog plein de bon sens et de sincérité.

 
2.   Rocou  ›  mercredi 8 avril 2009 à 13:05

Merci!
Si vous aviez une martingale pour m'ôter le poil que j'ai dans la main, mon blog serait certainement plus vivant!

 
‹ retour à l'accueil
Trackbacks

Aucun trackback.

Les trackbacks pour ce billet sont fermés.

 
Ajouter un commentaire

Les commentaires pour ce billet sont fermés.