- Votre Sérénité, pouvez-vous le faire, c'est très important, concentrez-vous, pouvez-vous le faire?
- Oui.
- Vous pouvez le faire ?
- Oui ! !
- Vous pouvez le faire ?
- Oui ! ! !
- Il peut le faire ! ! ! Bravo! Il est extraordinaire, il est vraiment sensationnel.


Qu'est-ce que la motivation d'un entrepreneur si ce n'est cette illusion de pouvoir le faire?
La haine de l'entreprise des mafieux partenaires sociaux et des politiques n'est-elle pas générée et alimentée par cette illusion de liberté, d'absence de contrainte pour l'entrepreneur?
La croissance d'une entreprise est en théorie sans fin à l'instar les revenus de l'entrepreneur. C'est finalement cette croyance qui mène l'entrepreneur à l'abattoir ou tout au moins dans son enclôt car l'Etat ne tue pas ses vaches à lait tant qu'elles produisent.

Rappelez-vous "Les sept Samouraïs" de Akira Kurosawa, quand le chef des bandits songe à piller le village de paysans deux fois par an au lieu d'une seule fois; un sous-fifre avisé lui fait remarquer que le village ne s'en remettra pas et que la bande crèvera de faim n'ayant plus rien à voler chaque année.
C'est ma vision d'entrepreneur de ce qu'est l'Etat: des gens violents et forts qui pillent sans vergogne ceux qui produisent pour "redistribuer" le butin les prébendes à leur thuriféraires, idiots utiles.

Au bout du compte, loin de la liberté et des revenus espérés, c'est une semaine de congé par an et un revenu horaire à peine supérieur au smic. Baisser les bras signifie se retrouver sur le marché du travail à plus de 40 piges par conséquent on s'accroche et on baisse la tête.